УДК 33

Шеметев Александр Александрович
Уральский экономический университет

LES RELATIONS MONÉTAIRES - COMME L'EXPÉRIENCE LA PLUS ANCIENNE ET NATURELLE DE L'HUMANITÉ

Shemetev Alexander Alexandrovich
de l'université D'Oural d'État économique,Ekaterinbourg, la Russie

Keywords: les finances et les relations bancaires, Les mots clés de l'article: les relations bancaires et financières dans la société primitive; l'histoire du développement de l'analyse financière; l'histoire de l'argent


Рубрика: 08.00.00 ЭКОНОМИЧЕСКИЕ НАУКИ

Библиографическая ссылка на статью:
Шеметев А.А. Les relations monétaires - comme l'expérience la plus ancienne et naturelle de l'humanité // Современные научные исследования и инновации. 2011. № 2 [Электронный ресурс]. URL: http://web.snauka.ru/issues/2011/06/596 (дата обращения: 19.11.2016).

Le boursier de thèse de l’université D’Oural d’État économique,Iekaterinbourg, la Russie

Plusieurs de vous croient que l’analyse financière est née seulement dans le XX siècle, à l’époque de la Renaissance, dans d’Anciennes civilisations, dans l’Antiquité …. Mais cela pas tout à fait ainsi! L’analyse financière est apparue avec les relations monétaires et les germes des relations bancaires.Il croit que les “arrière-grands-pères” des relations modernes financières sont apparus encore dans un ancien monde antique. L’apparition des premiers germes de l’affaire financière en Eurasie s’est passée environ à 3600 Avant J.C. – au cours de la tenue des fouilles archéologiques on découvrait les tables cunéiformes à la Mésopotamie, sur qui se trouvaient les inscriptions des comptes sur l’analyse de l’activité économique des temples – les premiers “arrière-grands-pères” des compagnies modernes commerciales. Le centre de la communauté de la société de ces temps était d’habitude le temple lui-même. C’est pourquoi ce n’est pas étonnant que notamment dans les temples remonte l’apparition de l’analyse financière. À 3600 avant J.C. sont trouvés les premières tables cunéiformes, auxquelles on inscrivait, combien de grains, les huiles et les viandes est produit dans la communauté, – à qui combien d’il faut donner grains et sur quelles conditions.Les temples alors achetaient les marchandises et vendaient les marchandises, gardaient les marchandises pour les vendre ensuite est plus cher, et même donnaient les premiers crédits. Pour l’essentiel, les temples créditaient la noblesse de ces temps ou l’État. À titre des crédits et les dépôts les temples utilisaient le grain, les pierres précieuses et les métaux. La présence des dépôts pour les grains et les bijoux a permis aux temples d’attirer les dépôts – les investissements. La sainteté de la place, la troupe et le mur à la longueur de plusieurs siècles restaient le refuge le plus sûr à la richesse. Le caractère cyclique de la récolte agricole provoqué par le caractère de saison de la branche principale de l’économie d’un Ancien monde, a engendré la norme du pour-cent – le coût non uniforme de la récolte dans l’espace et le temps. Ainsi, pendant les travaux agricoles de la récolte, les prix du grain, la figue, le lin, le pois, la paille, l’huile et la viande de la charogne, mais par temps après les semailles et les mauvaises récoltes – grandissaient précipitamment.Aux centres du commerce du prix étaient plus de marché, que dans les communautés séparées. De différentes régions produisaient de diverses marchandises. Il y avait ainsi une non-uniformité des prix dans l’espace et le temps, c’est-à-dire, il y avait une nécessité de la norme du pour-cent. Si la personne ne pouvait pas payer les dettes – il perdait le bien et, le plus souvent, les libertés – devenait l’esclave. Les temples non seulement la Babylone, mais aussi une Ancienne Egypte, l’Inde, la Grèce et d’autres États s’occupaient, on peut dire, l’activité bancaire. La particularité notamment les temples Babyloniens était la norme de dépôts du pour-cent – la commission pour la conservation des valeurs assurées par la table d’argile.L’épanouissement de l’affaire financière s’est passé en Hellade. Dans l’Antiquité, pour l’essentiel, en Grèce, au milieu de 5 siècles avant J.C. apparaissent “Estragerias” (les ateliers esclavagistes), qui commencent massif pour ces temps la production des marchandises. Commence le commerce abondant des polices avec les villes, avant tout, le bassin Méditerranéenne.Chaque région avait la devise, que n’acceptaient pas souvent dans les polices principales. Pour le commerce il fallait changer l’argent dans chaque région. À 5 – 4 siècles avant J.C. en Hellade apparaissent la notion “Trapezite” – proprement le “changeur”. Les changeurs aspiraient à attirer toujours sur la partie l’État et parfois cela les réussissait. Le philosophe célèbre Aristotel’ communique qu’à 4 à avant J.C. à “Bizatsium” (le futur Constantinople / Istanbul) il y avait un monopole des changes des pièces. Graduellement la notion le “Trapeza” – “le banc du changeur” acquiert en Grèce antique un autre caractère et la signification – l’institut des finances d’État, selon qui le gouvernement payait selon les paiements et acceptait les versements des contribuables. Cet institut appelé “τραπεξαι βασιλιkαι”, était le premier prototype de la banque centrale d’État. Jusqu’ici on ne sait pas exactement, quand il y avait un compte bancaire. Mais récemment dans un des papyrus 6 s. avant J.C. est appelé “Trapezite”, le clerc égyptien Apion, dans les devoirs de qui entraient les devoirs ordinaires des Trapezites, ainsi que la conduite des livres de comptes selon les opérations (Johnson, 1974). Graduellement l’État aspirait à supprimer l’activité des Trapezites, en réservant eux seulement le rôle des changeurs. Il y a un notion “Katallact” – le changeur de l’argent sur les pièces plus menues (“Numias”). Dans la tradition Romaine des changeurs appelaient “Argentarias”, qui avaient droit de changer les pièces, prêter l’argent sous le gage ou l’obligation, prendre en considération les reconnaissances de dette, être les intermédiaires aux changes du capital, s’occuper du commerce, en particulier, par l’achat et vente du pain, conduire les opérations monétaires de la commission des clients (G. Preisike, “Aegypten”, 1980).Mais c’est le regard classique de l’histoire sur la naissance et l’apparition des finances.Il était intéressant aux gens à toutes les époques : Comment augmenter et comment garder le bien ?! En fait, les germes de l’argent et les relations bancaires existaient en réalité et dans la société primitive. Ainsi, Ange Norman a fait l’étude de l’île du Ual (le groupe des îles Carolines) et a éclairci que l’existence des relations financières, les germes des premières relations bancaires probablement encore dans la société primitive. De plus, А. Norman va plus loin et indique que l’affaire bancaire dans la société primitive influence positivement le développement de la culture, la science, l’éthique, la communication et le commerce. Les études récentes sur l’île du Ual (le groupe des îles Carolines) ont montré l’existence de l’analogue de la devise des “Fées”. Des “Fées” sont les disques calcaires obtenus et traités sur l’île de Barbeltual (600 km. Vers le sud de Ual) la moyenne de 30 voir jusqu’à 3,5 mètres. Sur Ual il y a une place définie de la conservation de ces pierres (l’analogue du dépôt bancaire).Et en outre, le propriétaire à la passation n’ont pas la nécessité de le diviser en parties – simplement sur la fée se fait la marque spéciale après la passation sur celui-là, quelle partie la fée à qui appartient. La place de la conservation la fée n’intéressait pas les habitants. Ainsi, personne à la personne ne voyait la richesse de la plus riche famille de l’île – gigantesque des fées ont coulé sur le fond maritime beaucoup de siècles en arrière, mais il y avait des témoins oculaires affirmant que de leurs fées était immense, c’est pourquoi la famille est considérée jusqu’ici la plus riche sur l’île.La “banque” de cette société primitive est plutôt dépôt non monétaire, mais le dépôt commun des inscriptions où, qui et quelle part de la richesse appartient. La nécessité de la production des fées a développé la navigation, la cartographie, les mathématiques, la mécanique le plus simple (les leviers et les voiles) et le commerce. Notamment une telle influence donnait, probablement, le premier dans l’histoire de la Terre “l’arrière-grand-père” de la banque sur les habitants de cette tribu primitive – le développement des rapports sociaux, les sciences et les cultures (l’honnêteté et l’éthique). Il est possible que les relations bancaires et les banques sur l’île du Ual sont la confirmation de ce que les germes de l’affaire bancaire étaient déjà dans la société primitive; et ils étaient uns des premiers ou les plus premiers prototypes des banques dans l’histoire de la Terre.L’origine des peuples de l’île du Ual est l’énigme. À titre indicatif, on sait aujourd’hui que ces peuples appartiennent vers le groupe des tribus de la Micronésie, la partie de qui se déplaçait d’une ancienne Afrique et le Madagascar. Il est tout à fait possible que les germes des relations financières et bancaires sur l’île du Ual sont les premiers dans le monde, ainsi que que sur cette île et il y avait un premier “arrière-grand-père” dans le monde des banques modernes, qui, cependant, n’a pas donné pratiquement aucune influence sur le développement de l’affaire bancaire en Europe. La théorie de l’existence des relations bancaires et financières dans la société primitive est intéressante elle-même. Sur Ual le taille de l’argent (fées) était le facteur décisif. Qu’il y a plus de fées – par celui-là la riche était considérée la famille. Les plus grandes fées se trouvaient dans la place commune sur l’île. Au propriétaire la fée à la conclusion, par exemple, les marchés sur une petite somme, n’étaient pas les nécessités de le diviser en parties au moment de la passation, le coût de qui était défini par la partie la fée ou tout par la fée. De grandes fées ne sont pas transportables pratiquement, en prenant en considération que sur l’île qui s’est couvert par les jungles jusqu’à 20 siècles il n’y avait pas aucuns chemins. De plus le destinataire du paiement était satisfait tout à fait de qu’il dès le moment du marché est le propriétaire la fée ou ses parties. Dans l’immense majorité les cas des fées restait se trouver sur le territoire de l’ancien propriétaire (à la longueur de la vie des générations entières) même sans toutes inscriptions sur lui, – le nouveau propriétaire lui-même et sa famille se contentaient tout à fait de l’opinion sur ce que les fées ou sa partie leur appartient maintenant. Tout cela parle que la présence des germes des relations financières et bancaires peut engendrer l’éthique des relations d’affaires, que l’on peut et aujourd’hui observer sur l’île du Ual.Sur un haut niveau du développement de l’éthique d’affaires, d’une part, mais, d’autre part, les relations commerciales en conséquence des germes existant des relations bancaires chez les insulaires parle et le cas suivant. En 1898 le gouvernement de l’Allemagne Kajzer a racheté les îles Carolines. Ual représentait l’île, couvrant par les jungles, avec par-ci par-là sentiers faiblement pratiqués. Le gouvernement de l’Allemagne a décidé de commencer la construction des chemins. Mais les ouvriers ne suffisait pas, c’est pourquoi était décidé d’attirer les insulaires. Cependant les indigènes résistaient, en motivant cela par ce que s’il y a des sentiers, il est nécessaire pourquoi de larges chemins ?! Le gouvernement s’est levé devant le problème difficile – infliger une amende aux insulaires il n’y avait pas sens – les blocs massifs en pierre – les Fées cédaient à peine à l’acheminement et en Allemagne étaient pratiquement inutiles. En outre il faudrait attirer le travail de tous les habitants du lieu et tous les soldats pour porter même un Fée jusqu’au port. Finalement, le gouvernement a élu le schéma suivant. Il a envoyé l’agent spécial, qui a marqué toutes les Fées sur l’île avec la propriété du gouvernement de l’Allemagne Kajzer, ayant nationalisé aussi la “Banque nationale” de l’île du Ual – la place-dépôt de la partie considérable des fées. En réalité, les habitants de l’île sont devenus en un instant les faillis et ont été acceptés immédiatement aux travaux de la construction des chemins pour rendre au moins la partie du bien monétaire. On construisait bientôt les premiers larges sentiers et les premiers chemins dans les jungles. Après cela l’autre agent gouvernemental a passé selon l’île et a effacé toutes les marques des fées, après quoi sur l’île a commencé la fête nationale. L’histoire donnée parle sur l’importance prioritaire notamment les fées comme de la devise nationale de cette société primitive, ainsi que sur l’importance de l’analogue du premier dans l’histoire de la Terre de la “banque centrale” primitive. Ce cas montre que les relations monétaires servent de la base de la motivation de ces gens primitifs notamment. Mais encore cela montre, comment passe un certain analogue de la procédure de la faillite et puis la restitution de la solvabilité d’un certain analogue de la banque primitive.En outre la présence des germes des relations bancaires est étroitement liée au développement de la science sur l’île du Ual. Pour amener le bloc en pierre par le poids jusqu’à quelques tonnes de l’île du Barbeltual, où il y a une carrière, jusqu’à l’île du Ual – le point final de la destination éloigné pratiquement sur 600 km. de l’île du Barbeltual, – la science très bien développée est nécessaire.Premièrement, le développement de la navigation est nécessaire. Pour surmonter une telle voie il faut avoir le bateau solide, capable de transporter les charges avec un grand poids dans les conditions de fortes tempêtes (sur l’île seulement les typhons est compté en moyenne 25 par an, qui vont à la longueur de toute l’année; Ual est un épicentre de la patrie des typhons dans le monde). En plus, les îles Carolines sont entourées des récifs. C’est pourquoi nager de Ual jusqu’à Barbeltual – la distance presque dans 600 km. – avec la charge lourde avec la menace des tempêtes et les typhons, ainsi que les récifs et les requins pour la personne primitive est un vrai appel à la science primitive de la navigation!Deuxièmement, pour ces buts le développement de la navigation comme les sciences – les orientations selon les étoiles – est nécessaire.Troisièmement, l’orientation selon les étoiles, à son tour, est pratiquement impossible sans développement élémentaire de l’astronomie – les sciences, qui compte la situation du bateau selon les astres.Quatrièmement, le développement de la mécanique élémentaire est nécessaire – puisque pour le chargement des fées on utilisait les leviers primitifs vertical et horizontal (les troncs des arbres) les directions. Aussi la mécanique est nécessaire à la fabrication des analogues primitifs des câbles – les fées étaient livrées sur séparé au radeau, qui s’attachait au bateau par le câble. C’était inventé pour qu’en cas de la tempête couper le câble pour que le radeau se noyant n’emporte pas pour lui-même et le bateau avec l’équipe.Et, cinquièmement, le système développé des rapports sociaux et les liens sociaux est nécessaire. Un haut niveau de l’éthique d’affaires – un des certificats à cela. Dans la société primitive donnée le mot de la personne pouvait s’apprécier aussi, comme la richesse elle-même, comme des fées; que témoigne de l’honnêteté et l’éthique de la population. L’histoire la plus connue sur l’île peut servir de la confirmation à cela. L’ami et le conducteur de l’Ange du Norman nommé Fatumak a raconté l’histoire de la plus riche famille sur l’île. Étonnamment qu’aucun des membres de cette famille ne touchait jamais et ne voyait pas même une petite partie de l’état – tout se tenait à un cheveu à la longueur de plusieurs siècles.La richesse de cette famille représentait le plus immense en pierre la Fée, la taille de qui est remise dans les légendes sur l’île. Celui-ci le plus grand la Fée dans l’histoire de l’île beaucoup d’années en arrière a obtenu et au même endroit a traité l’ancêtre de cette famille sur l’île du Barbeltual. La fée ont mis sur le radeau et sont partis à la maison, sur l’île du Ual. Sur le chemin de retour le bateau s’est trouvé dans le typhon et l’équipe était obligée de couper le câble pour survivre. La fée avec le radeau s’est noyé. Mais les témoins oculaires ont décrit que voyaient la Fée et témoignaient que la Fée était des tailles énormes et la qualité magnifique, ainsi que ce qu’il était perdu par la faute du propriétaire. Plus tard les habitants de l’île ont décidé que ce fait que la richesse de la famille s’est noyée du tout de rien ne signifie pas, en effet, la Fée existe au fond de la mer. Ainsi, le pouvoir d’achat de la pierre restait même, comme s’il se trouvait près du mur du propriétaire! L’exemple donné témoigne d’un haut niveau de l’organisation sociale de la société donnée. C’est pourquoi les germes de l’affaire bancaire et les relations monétaires, qui existaient dans cette société primitive unique du point de vue historique, sûrement, contribuaient fortement vers le développement de la science, les relations sociales, les relations commerciales, les relations bancaires, les relations marchandes, au développement de l’éthique d’affaires qu’a joué le rôle clé dans le développement de l’île donnée.Les relations financières et bancaires sont le vrai phénomène de la civilisation humaine, de même que certains jusqu’à civilisable, même des sociétés primitives. Les relations indiquées engendrent la technologie de l’accumulation la plus puissante des ressources à étroit, et les finances à un plus large sens du mot, en étant les accélérateurs principaux de la culture humaine, ainsi que les rapports sociaux et l’activité de cognition de la personne que, avant tout, se reflète au niveau du développement de la science et les relations est sociales-morales dans n’importe quelle société. Pourquoi cela ainsi?Pratiquement chaque acquisition de la science et la culture, même dans l’histoire primitive, est liée plus à l’activité collective ou avec coûteux (pour la période donnée) les études ou les spécialistes. Les relations financières permettaient de passer les études de telle sorte, exactement, en finançant et en les stimulant.Les relations financières se développaient indépendamment chez plusieurs ancien et certain même des sociétés primitives. Ainsi, même chez pratiquement jusqu’à civilisable un Grand Zimbabwe , qui n’avait pas pratiquement l’armée, il y avait des germes des relations financières. Un Grand Zimbabwe était habité environ six mois en année, quand on moissonnait la récolte et les tribus de plusieurs milliers de l’Afrique australe se rencontraient dans la place donnée pour le commerce et l’échange. Dans les autres six mois dans la ville pratiquement personne ne vivait. En particulier, les voyageurs arabes, qui vendaient avec la ville à “la saison active” indiquent à cela. Les coquillages maritimes servaient de l’argent chez les habitants temporaires du Grand Zimbabwe. Et en outre, pour un beau coquillage obtenu par le navigateur arabe de l’océan Indien, certains habitants étaient prêts à échanger la partie considérable de la récolte annuelle de la tribu. Puisqu’un Grand Zimbabwe recueillait à lui-même à la saison définie toutes les autres tribus, y compris, primitif, ainsi, aux tribus primitives les relations monétaires et financières ont commencé à entrer. Maintenant les tribus primitives étaient intéressées pour garder la partie de la production de la chasse ou du ramassage de la nourriture et les échanger contre quelque beau coquillage.Mais comment estimer le coquillage ou la fée ? Comment apprendre, quelle partie de la récolte il faut rendre pour celui-là ou pour autre la fée ou le coquillage ? Comment comparer un fée à l’autre et un coquillage avec l’autre ? Comme apprendre, qui est le plus riche : celui-là, chez qui est plus grand que les fees/coquillages, ou celui-là, chez qui ces fées et le coquillage d’une plus belle manière et sont plus grandes ? S’il faut montrer absolument la richesse pour que tous le reconnaissent, ou il suffit d’avoir la richesse virtuelle, le récépissé reconnu pour tous et la reconnaissance que la richesse virtuelle existe réellement ?!Ces questions intéressaient non seulement ces tribus primitives ou presque primitives, mais aussi intéressent aujourd’hui la personne moderne! Seulement au lieu des fées et les coquillages chez nous la même devise virtuelle – en papier ou électronique. Personne ne voyait jamais les fées de l’État, mais tous connaissent qu’il est immense, c’est pourquoi les récépissés sur la part sur la partie de tel la fée sont acceptés à l’appel par tous les membres de la société “sur la foi”. Personne ne doit demander à quelqu’un de sortir les fées du fond de la mer et tout lui constamment présenter!Dès que la société perd la foi en la valeur la “fée” de l’État, l’argent commence vite à être dévalorisé, mais la société – tomber en décadence.Fr 1 [Alexander A. Shemetev]La Hongrie d’après-guerre : le balayeur municipal balaie l’argent jeté des rues comme les ordures Fr 2 [Alexander A. Shemetev] La coupure : 100 trillions des dollars, la Banque du Zimbabwe Selon la coïncidence accidentelle, la plus “grande” coupure dans le monde à 100 trillions des dollars, est utilisée au Zimbabwe moderne, et sur elle on représente une grande pierre selon la forme de rappelant non taillée fées.Dans le monde moderne l’analyse financière est appelée à aider à gagner et garder l’argent pour la compagnie. Dans les conditions, quand tous les sujets économiques se comportent entièrement d’une manière financière rationnellement, la crise ni dans la compagnie, ni dans l’État ne se passe pas.Certes, nous connaissons un peu les finances dans les autres sociétés primitives, puisque la notion le “primitif” signifie l’absence de l’écriture, mais l’histoire orale ne vit pas longtemps. Probablement que non seulement les tribus du Barbeltual et Ual, un Grand Zimbabwe, mais aussi d’autres terrains avaient les germes personnels du monétaire, financier et même des relations bancaires.Même dans la société primitive, et surtout maintenant, la richesse est analysée par les mathématiques. Si les gens primitifs de Ual auraient l’accès aux équipements modernes, ils mesureraient exactement la taille, la forme, le poids, le volume, le diamètre, le coût financier, le changement du coût du temps, l’usure et d’autres paramètres des fées. Mais une telle possibilité n’était pas – les gens se passaient de l’algèbre simple et l’intuition intérieure : gigantesque des fées au fond de la mer coûte le plus cher fées sur la terre, mais grand des fées se trouve beaucoup plus, que petit, laid (la forme incorrecte) les fées coûte meilleur marché beau (c’est-à-dire, juste), et cetera. De même qu’aujourd’hui, les gens du Ual utilisaient les inscriptions dans l’analogue de “la banque centrale de l’île”, en faisant les marques directement sur les fées se trouvant là (ou en prenant des notes sur les tables d’argile, comme à un Grand Zimbabwe). Seulement aujourd’hui nous avons une vraie Banque centrale, et les inscriptions se font le plus souvent par les inscriptions électroniques.Dans la société primitive chaque voisin souhaitait connaître la richesse d’autre. Certains savaient écrire et lire le coût des fées. On peut comparer tels gens aux analystes modernes financiers. D’autres gens définissaient le coût la fée à vue de nez, en croyant intérieur “l’intuition financière”. Chaque voisin souhaitait connaître, mais autant plus riche est son voisin et les voisins ? Il est combien de chez eux aux fées ? Combien d’ils coûtent ? Et il est combien de, donc, il lui est nécessaire d’obtenir les fées de Barbeltual pour aussi devenir riche et acheter, par exemple, la maison ? Également aujourd’hui les gens possédant les compagnies, gagnant les “fées” moderns, plus modernes, aspirent à connaître : qui leur concurrent et comment ils ont des affaires ?! Qui leurs amis (les fournisseurs, les banques, les investisseurs, les créanciers, les débiteurs, ….) et comment ils ont des affaires ? Mais s’ils pourront payer les dettes ? Mais si pourra payer les dettes la compagnie elle-même ?D’autre part pour gagner les fées, la personne primitive de Ual partait sur l’île du Barbeltual – la seule place, où on peut trouver le document pour les fées. Cependant à la personne primitive est venu vite à la tête qu’à une personne il est impossible d’obtenir grand et bon les fées, mais encore le remettre à neuf et livrer! L’équipe pour cela est nécessaire! Et l’équipe encore spéciale : l’astrologue pour la navigation selon la mer; de forts dockers et les travailleurs pour la production et le dolage la fée; le spécialiste en les cordes, les leviers et les noeuds maritimes, le constructeur du radeau, le spécialiste et l’estimateur du coût potentiel la fée (en effet, on ne peut pas creuser le bloc en pierre, n’ayant pas appris le coût du futur la fée) et encore quelqu’un ….Mais comme motiver quelqu’un de Ual pour partir plus que pour 600 kilomètres selon la mer, obtenir les fées et l’aider à amener à l’inverse, de plus pour que le droit de la propriété aux fées ne s’éteigne pas du paiement “les salaires à l’équipe”.Aujourd’hui devant les compagnies il y a en plusieurs cas des questions pareilles. Comment trouver la place, où se trouvent les finances ? Comment obtenir les finances ? Quels spécialistes sont nécessairs ? Où les sortir ? Comment motiver le personnel ? Comment mesurer le revenu potentiel de “l’élaboration du gisement financier” ? Comment garder les fées ? Comment calculer les salaires et les parts aux travailleurs et les propriétaires de la société mixte ? Comment prendre en considération les ressources financières … ?De plus, la production des fées près des tribus de l’île du Ual est liée au risque: l’équipe et la fée peuvent ne pas revenir! Le risque s’était chargé traditionnellement par celui-là qui a obtenu la fée. Les traditions d’affaires et l’éthique d’affaires servaient de l’amortissement du risque : si la fée se noie, mais l’équipe survivra et réussira à parvenir à Ual, “la richesse coulant” le propriétaire risque et ne pas perdre! Se rappelez quand même l’histoire la plus riche famille de l’île! De même que dans la société primitive, la gestion des risques – plus le faible de n’importe quelle compagnie! Dans la société primitive il y avait un risque de se perdre, s’égarer du cours, se trouver dans les ennuis, à la tempête, obtenir non précieux la fée, ne pas réussir correctement à tailler la fée, et cetera. Aujourd’hui il y a des analogues modernes de ces risques primitifs : le risque de ne pas comprendre celui-là, quelle marchandise est nécessaire à quel client (le générateur du revenu); d’investir risque le projet déficitaire d’investissements; le risque de faire du projet profitable d’investissements le projet déficitaire d’investissements; Le risque de la perte du business en conséquence des circonstances de force majeure; le risque de force; le risque du manque du bénéfice; le risque de la perte de la richesse (la faillite de la société mixte); le risque de ne pas réaliser le bénéfice maximum, ….Les argent, les relations financières et même les germes des relations bancaires est pas du tout l’invention non moderne de la civilisation! De plus, pour la présence du type donné des relations et la civilisation elle-même n’est pas nécessaire – ils sont naturels et apparaissent encore dans cet état, la personne vit entièrement indissolublement de la nature. Les droits financiers et bancaires, ainsi, à l’opinion et la conception de l’auteur, on peut comparer aux droits naturels de la personne. Les obligations financières et bancaires est déjà les droits naturels de l’autre personne au revenu lui ayant à payer. Du droit naturel sans obligation naturelle il n’arrive pas! Dans les finances et les banques les droits naturels d’une personne s’achevaient là, où commençaient les droits naturels financiers et bancaires de l’autre personne.L’analyse financière est, probablement, une des sciences les plus vieilles propres à la personne encore dès les temps de la société primitive, mais pour se rappeler l’histoire de son apparition, – est nécessaire la mémoire excellente! En tout cas, l’analyse financière peut exister près des tribus primitives, comme il existait et existe près des tribus des îles du Ual et Barbeltual et existait jusqu’à 17 siècles J.C. près des tribus allant à un Grand Zimbabwe du millénaire jusqu’à cela.La faillite non seulement les particuliers, mais aussi même des États est un attribut non plus obligatoire de la civilisation. Se rappelez, quand même, l’histoire racontée par l’Ange du Norman, le lauréat du prix Nobel du monde, l’auteur plus de 100 travaux selon l’économie et les finances, comment toute la tribu primitive a fait faillite en une soirée, quand le gouvernement de l’Allemagne Kajzer, en aspirant à motiver les tribus locales construire les chemins, privatisait toutes les fées de tous les habitants de l’île et privatisait l’analogue de “la banque centrale de l’île du Ual”! Il arrive ainsi! Sur, si est la tribu primitive l’analogue de l’État est la question sortant du cadre de l’économie et les finances à l’écart de la politologie, c’est pourquoi dans le cadre de l’article donné nous avec vous ne l’examinerons pas. Nous reconnaissons simplement l’existence de la faillite dans la société primitive. À propos, dans cette société primitive il y avait un analogue primitif de l’audit – après le retour de toutes les fées des habitants de l’île et devant la fête nationale on passait l’audit de toutes les fées à propos de l’intégrité de leur coût complet et non l’appartenance à leur gouvernement de l’Allemagne Kajzer.L’analyse financière comme la science se développe aujourd’hui par les rythmes précipités. Autrefois l’auteur du présent article lisait la réimpression scannée d’un des premiers livres scientifiques consacrés aux finances et publiés en 1914 aux États-Unis. Son volume était seulement 12 pages et ce livre était le best-seller.En 97 ans qui ont passé de l’édition de ce livre les instruments de l’analyse financière un peu s’est élargi, et en outre, dans la progression géométrique! C’est pourquoi à l’étude de la science financière s’armez de patience! La mise en valeur des méthodes modernes de l’analyse complexe financière demande un grand zèle et la patience!Les mots clés de l’article: les relations bancaires et financières dans la société primitive; l’histoire du développement de l’analyse financière; l’histoire de l’argent, les finances et les relations bancaires.



Все статьи автора «Шеметев Александр Александрович»


© Если вы обнаружили нарушение авторских или смежных прав, пожалуйста, незамедлительно сообщите нам об этом по электронной почте или через форму обратной связи.

Связь с автором (комментарии/рецензии к статье)

Оставить комментарий

Вы должны авторизоваться, чтобы оставить комментарий.

Если Вы еще не зарегистрированы на сайте, то Вам необходимо зарегистрироваться:
  • Регистрация